Séquence : semaine de formation des élèves à leur métier de linguiste.

samedi 8 novembre 2014, par Philippe Rouquier.

Cette séquence intéressera tous les professeurs qui cherchent des solutions pour sensibiliser les élèves aux spécificités de leur rôle d’élève dans la construction des apprentissages langagiers de l’ensemble de la classe. Elle a été conçue par Anne Peigné, professeur d’anglais dans l’académie. Elle l’a expérimentée en début d’année avec ses classes.
Le descriptif de la séquence (le corps de cet article) est disponible ci-dessous sous forme de fichier téléchargeable ainsi que tous les autres documents mentionnés.
Vous pouvez agrandir les vignettes des images intégrées au texte en cliquant dessus.
Si vous rencontrez des difficultés pour lire les vidéos qui sont dans le corps de la page, vous pouvez les télécharger ci-dessous et les ouvrir ensuite.

Présentation de la séquence, « Semaine de l’élève linguiste »

Suffit-il de dire aux élèves de saisir toutes les occasions de parler, d’écouter le professeur et les camarades, de communiquer en anglais dans toutes les situations de classe pour qu’ils adoptent un comportement d’élève linguiste ? L’expérience et l’observation des élèves dans les quelques semaines qui suivent la rentrée amènent à être très réservé sur la réponse.

Cette séquence est née de ce constat. Elle vise à engager avec les élèves une réflexion sur l’apprentissage de la langue maternelle et à leur faire verbaliser des comportements d’apprenti-linguiste, jusque-là inconscients. A l’issue de la séquence, les élèves rédigent une charte de l’élève linguiste à laquelle ils adhérent d’autant plus qu’ils en sont les auteurs.

Première séance

Objectif visé : Amener les élèves à s’interroger sur la finalité du langage et sur les raisons qui les poussent à communiquer en général, oralement en particulier.

Matériels nécessaires : Le tableau où seront notées les deux questions - Des documents authentiques (une petite annonce, la carte des pays anglophones, le classement des meilleurs universités dans le monde) - Un questionnaire

1/ Proposer aux élèves de répondre à la question suivante : « Pourquoi parlons-nous ? ». La discussion peut se faire en groupe-classe ou en atelier avec mutualisation des réponses en grand groupe. Le professeur pourra noter les réponses des élèves au tableau.

Une analyse des réponses conduira les élèves à conclure qu’une langue sert à communiquer. Le professeur précisera que l’apprentissage de toute langue vivante, maternelle ou étrangère, doit garder cet objectif. En d’autres termes, le professeur devra préciser que l’objectif final n’est pas de savoir parler anglais mais de transmettre une pensée au moyen d’une langue qui n’est pas leur langue maternelle.

2/ Proposer aux élèves de discuter l’affirmation suivante : « L’apprentissage de l’anglais est obligatoire dans les écoles, collèges et lycées français. » D’accord ou pas ?

La majorité des élèves est conscient de l’enjeu que représente l’apprentissage de l’anglais. Toutefois, pour aider à une analyse plus fine de l’enjeu, on pourra proposer aux élèves d’observer quelques documents authentiques montrant l’importance de l’anglais dans le monde.

PNG - 70.9 ko
PJ1-emploi-1
PNG - 36.8 ko
PJ1-map-2
PNG - 128.1 ko
PJ1-world university rankings-3
PNG - 29 ko
PJ1-revues médicales-4
PNG - 66.1 ko
PJ1-wikipedia-5

3/ Le professeur demande aux élèves de préparer la séance suivante en répondant à un questionnaire avec l’aide de leurs parents.

OpenDocument Text - 9.7 ko
PJ2

Ce questionnaire va permettre aux élèves de réfléchir aux modalités d’apprentissage de leur langue maternelle et de soulever les questions suivantes : Comment avons-nous appris à parler ? Comment se fait-il que nous nous comprenons les uns les autres ? A-t-on appris en commençant par ce qui est le plus simple ?

Deuxième séance

Objectif visé : Faire réfléchir à la manière dont on a appris sa langue maternelle

Matériels nécessaires : Les réponses au questionnaire - Quatre vidéos montrant une enfant en phase d’apprentissage du langage

1/ Le professeur laisse aux élèves quelques minutes pour comparer leurs expériences en atelier puis leur demande de rédiger une réponse commune à la question finale. Un élève du groupe est ensuite chargé de rendre compte des échanges au groupe-classe.

2/ Le professeur propose aux élèves de revenir sur le terme « apprendre » : Ont-ils appris tout seuls ? Est-ce leurs parents qui leur ont appris ? Que signifie « apprendre » une langue vivante ?

Les élèves vont se rendre compte que, malgré des vitesses d’apprentissage différentes, tous ont appris à force d’imprégnation et de pratique, sans passer par l’explication de règles de grammaire. La discussion amènera les élèves à conclure que l’usage de la langue s’acquiert naturellement de manière inconsciente, sans doute parce que l’homme a des capacités intellectuelles qui lui permettent d’apprendre.

3/ Le professeur montre aux élèves quatre vidéos d’une enfant à quatre stades de son apprentissage du langage et leur demande de relever les caractéristiques de son langage.

[Vidéo 1] : l’enfant babille

2 - entrée dans le langage

[Vidéo 2] : l’enfant imite la prosodie de la langue

3 - langage 18 mois

[Vidéo 3] : l’enfant dit quelques mots isolés

4 - langage 30 mois

[Vidéo 4] : l’enfant construit sa pensée et assemble les mots

4/ Le professeur demande aux élèves de préparer la séance suivante en rédigeant une réponse à cette question : « Pour apprendre l’anglais, nous devons l’entendre et le parler. Rédigez les principes qui, d’après vous, décrivent le mieux le comportement de l’élève linguiste. »

Troisième séance

Objectif visé : rédiger une charte de l’élève linguiste

Matériels utilisés : Des témoignages d’élèves (lettres d’ex-élèves de 6e ou 5e, un message oral de quatre anciens élèves)

1/ Guidés par leur professeur, les élèves rédigent leurs engagements.

Parmi les propositions que peuvent faire les élèves, on trouve « s’engager à écouter les camarades et le professeur », « s’engager à communiquer en anglais dans toutes les situations de classe », « s’engager à utiliser des stratégies quand nous n’avons pas les mots (gestes, dessins, mimes, …).

Cette charte est recopiée dans le cahier, datée et signée par les élèves. On se garde le droit de la compléter au fur et à mesure de l’année en fonction des situations de classe rencontrées. A la fin de chaque séance du début d’année, le professeur pourra demander aux élèves de décrire leur travail d’élève linguiste pendant la séance afin de faire vivre cette charte.

2/ Le professeur distribue à chacun le message d’un ancien élève rédigé à la fin de l’année précédente, dans lequel figurent quelques conseils pour bien réussir l’année scolaire et le fait coller dans le cahier.

JPEG - 1.4 Mo
PJ3

Enfin il diffuse le message oral enregistré par d’anciens élèves.

PJ4

3/ Le professeur distribue un message à l’attention des parents dans lequel il rappelle que l’anglais sera utilisé dans toutes les situations de classe et que le travail sera organisée autour de tâches. Il explique la place qu’occupe désormais la grammaire dans le travail de classe. Enfin, il conclut sur le rôle de la trace écrite.

OpenDocument Text - 14.2 ko
PJ5

Ce message pourra être l’occasion pour les élèves d’expliquer aux parents le travail mené autour de l’apprentissage d’une langue vivante et de leur présenter la charte de l’élève linguiste.

Documents joints

SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0