Organiser la continuité pédagogique à distance en langues vivantes #2

Voici la seconde communication sur la continuité pédagogique. Elle est rédigée à l’échelle normande après une visioconférence entre inspecteurs de langues vivantes des périmètres de Caen et Rouen.

Chères et chers collègues,

Nous avons choisi d’axer cette deuxième lettre sur des conseils qui prennent en compte les enjeux pédagogiques et les freins que nous mesurons dans l’enseignement à distance des langues vivantes et d’envisager des solutions, aussi humbles soient-elles, aux problématiques que vous nous faites régulièrement remonter en matière d’accompagnement du travail à distance. Vos retours sont primordiaux pour que ces conseils puissent vous être utiles, répondre à des questionnements, pallier les obstacles que vous nous signalez. Nous avons tenté une approche pragmatique également puisque nous mesurons bien les difficultés quotidiennes qui amènent nombre d’entre nous à gérer à la fois situations personnelles, travail des enfants à la maison et travail des élèves à distance. Nous savons aussi combien le lien que vous maintenez avec vos élèves avec l’enseignement à distance est essentiel pour eux, avec des apprentissages qui prennent une dimension nouvelle dans ce contexte particulier.

Nous espérons que vous trouverez dans ces propositions des pistes pour éviter l’essoufflement, celui des élèves comme le vôtre, qui revient souvent dans vos propos.

Bien à vous,
Christine Besuelle
Jean-Louis Picot

NB : vous pouvez retrouver l’ensemble des lettres dans la rubrique « Continuité Pédagogique » à partir du menu.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)