Organiser la continuité pédagogique à distance en langues vivantes #4

Cet article reproduit un quatrième courrier consacré à la "manière de préserver un « effet classe », même à distance, de sorte que les élèves éloignés de la salle de classe et de l’émulation collective puissent continuer à travailler ensemble autant que faire se peut".

Depuis maintenant trois semaines, vous assurez la continuité pédagogique pour vos élèves et nous vous en remercions chaleureusement. Nous sommes bien conscients des efforts consentis, des difficultés rencontrées et des frustrations engendrées, notamment pour maintenir le lien avec les classes et plus particulièrement avec les élèves les plus fragiles. Certes, les problèmes de connexion et de fracture numérique constituent un facteur d’inégalité sociale et de rupture des apprentissages. Vous nous alertez aussi sur le silence de certains élèves qui ne semblent s’impliquer ni dans la consultation des contenus ni dans la réalisation des activités proposées pour d’autres raisons que celles évoquées plus haut, sans que l’on sache toujours exactement lesquelles.

Ce constat nous conduit, à la veille d’une période dite de « congés » susceptible de renforcer l’isolement, à réfléchir sur la manière de préserver un « effet classe », même à distance, de sorte que les élèves éloignés de la salle de classe et de l’émulation collective puissent continuer à travailler ensemble autant que faire se peut : collaborer n’implique pas d’être en classe virtuelle toute la journée. C’est plutôt l’idée de partager, au moins à deux, les avancées individuelles dans un projet que l’on a en commun. Dans ce contexte d’éloignement contraint, de situations personnelles et individuelles très inégales, il semble en effet essentiel d’essayer de maintenir le lien social en encourageant autant que possible l’entraide et la solidarité entre les élèves.

Notre but n’est pas d’alourdir vos tâches, déjà conséquentes, ni d’exercer quelque forme d’injonction que ce soit, mais bien de vous soumettre, en pièce jointe, quelques pistes pragmatiques, que bon nombre d’entre vous ont déjà éprouvées sur le terrain.

Bien cordialement,
Christine Besuelle
Jean-Louis Picot

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)