Se rencontrer, collaborer et écrire avec des élèves d’établissements étrangers

Caroline Ehrhart, professeure d’anglais au lycée Augustin Fresnel de Caen et ambassadrice départementale de la plateforme e-Twinning, a mené un projet d’interaction écrite et d’écriture collaborative avec un groupe de 1ère LVA de son lycée, en collaboration avec plusieurs classes d’élèves espagnols et italiens de divers établissements, ainsi qu’une classe d’un lycée français de la Réunion.

L’objectif final du projet était un concours d’écriture selon le format de la mini-saga : des binômes ou des trinômes franco-italiens se sont constitués au fil du projet, ayant chacun imaginé et co-écrit une brève histoire de cinquante mots. Caroline nous fait part du déroulement de ce projet.

Quelles ont été les grandes étapes pour parvenir à la production finale ?

Pour commencer, les élèves français et italiens devaient pouvoir faire connaissance. Pour cela, ils ont donc complété leur profil sur la plateforme e-Twinning en se présentant comme s’ils écrivaient à un correspondant (goûts, centre d’intérêts…).

Ensuite, ils ont consulté les profils des élèves des établissements partenaires, et devaient alors poser une question différente à plusieurs élèves étrangers ayant rejoint le projet, de façon à faire connaissance.

A suivi un jeu interactif en ligne sur le forum que propose e-Twinning : le jeu de l’île déserte. Chaque élève devait décrire l’objet qu’il serait susceptible d’emporter sur une île déserte sans le nommer : en posant des questions, les autres devaient essayer de trouver quel pouvait être cet objet.

Pour clore cette phase préliminaire, nous avons abordé la question de la « netiquette » et du copyright.

Alors, un premier moment d’écriture collaborative a été proposé sur le thème de Noël, en équipes bi-nationales. Ce travail a été très guidé pour permettre aux élèves de se sentir plus créatifs avec une contrainte d’écriture précise.

Ensuite, en petits groupes, les élèves ont travaillé plus librement sur un deuxième temps d’écriture collaborative, en interne dans chaque établissement. Ils avaient alors une contrainte unique de sujet ou d’image à partir desquels écrire (peintures célèbres, photos humoristiques, « sur internet en toute sécurité »).

Enfin, le concours d’écriture a été lancé. Les équipes étaient obligatoirement bi-nationales, et devaient prouver leur coopération active en postant une capture d’écran de leurs échanges virtuels sur Twinspace, l’une des interfaces proposées par e-Twinning. Le projet s’est terminé par le partage des histoires écrites par chaque groupe, puis un vote et une remise des prix (un livre, évidemment !).

Quels outils numériques ont été utilisés pour cette production ?

L’essentiel du travail n’a nécessité que la plateforme e-Twinning. Néanmoins, nous avons également choisi de nous servir de Padlet comme mur virtuel pour partager certaines données, de Google Slides pour créer un e-book des mini-sagas, et de Tricider comme outil de sondage pour le vote final (ce dernier site donne la possibilité aux votants d’argumenter pour défendre leur vote). Les élèves, enthousiastes lors de la réalisation de ce projet, ont parfois fait le choix de continuer à communiquer entre eux par l’intermédiaire des réseaux sociaux en plus des plateformes que nous utilisions en classe.

Quels ont été les bénéfices en ce qui concerne la démarche choisie ?

Le bénéfice premier et indéniable de ce projet, c’est que les élèves ont travaillé leur anglais avec un but très réel : communiquer avec des étrangers pour pouvoir écrire ensemble des histoires et participer à un concours d’écriture.

Le fait qu’aucun anglophone ne participe au projet a désinhibé mes élèves qui ne s’estimaient pas assez bons pour parler anglais spontanément et facilement : tous les élèves participant au projet étudiaient l’anglais comme langue seconde et étaient donc à égalité.

e-Twinning m’a enfin permis d’utiliser un outil quasi-unique (l’usage des autres outils numériques n’avait rien d’obligatoire) pour que mes élèves communiquent entre eux, avec moi et avec des élèves étrangers, travaillent leur expression écrite, et réfléchissent à un usage sûr et circonspect d’internet, tant dans le choix des termes utilisés que dans l’utilisation des données.

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de productions finales d’élèves. Caroline se tient à votre disposition si vous souhaitez en savoir plus sur ce projet ou sur la plateforme e-Twinning : vous pouvez lui écrire à caroline.ehrhart@ac-normandie.fr.

Enfin, ce mercredi 27 janvier de 15h à 16h30, e-Twinning propose une conférence sur le thème « Comment rendre mes activités interactives ou collaboratives sur la plateforme ? ». Si vous êtes intéressé.e, vous pouvez vous y inscrire en suivant le lien ci-dessous :
https://forms.office.com/Pages/ResponsePage.aspx?id=96GiZxk7JUmiAPuCtRSonjUfJ1jBZkFCs2lLzoKuzuNUN002U0JaQU44STJKMUJHMlhNOFhXSjlJVy4u 
 

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)